Carolina Marin © Eric Pollet #EC16

Championnat d’Europe de badminton : Carolina Marin

Carolina Marín, née le 15 juin 1993 à Huelva en Andalousie, est une joueuse espagnole de badminton. Double championne du monde et double championne d’Europe en titre, elle est la seule joueuse non-asiatique de l’histoire à avoir remporté deux titres mondiaux. Elle s’entraîne actuellement au sein du club d‘Aulnay-sous-Bois.

En avril 2014, elle devient à vingt ans la plus jeune championne d’Europe de l’histoire. En août 2014, elle devient la première championne du monde espagnole de l’histoire en battant la championne olympique en titre chinoise Li Xuerui. En 2015, elle remporte le prestigieux Open d’Angleterre et elle devient numéro 1 mondiale en juin de la même année. Elle conserve son titre mondial en 2015 puis son titre européen en 2016.

(Source Wikipedia)

En finale du simple dames 2016, Carolina Marin a battu Kirsty Gilmour en deux sets secs.

>> L’album Flickr des photos en HD

Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Carolina Marin © Eric Pollet #EC16
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005

Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005

En 2005, au Festival des Vieilles Charrues, c’était la dernière édition de trois jours. L’année d’après, Johnny Hallyday et les Têtes Raides inauguraient le nouveau format du rendez-vous carhaisien sur 4 jours ?  En 2005, disais-je, les énervés Iggy Pop et Deep Purple côtoyaient les plus exotiques Buena Vista Social Club et Tiken Jah Fakoly. Coté variété française, Jane Birkin et Michel Delpech avaient pour mission de faire chanter en famille les festivaliers qui n’avaient pas encore ou plus du tout l’âge de fouler la prairie de Kerampuilh.

Sur la scène Kerouac et sous un énorme boule à facette, tout le monde – photographes compris dans la fosse – ont repris les tubes parfois quarantenaires d’un Delpech visiblement heureux d’être là. Et nous aussi.

Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet
Michel Delpech Vieilles Charrues 2005
Michel Delpech au Festival des Vieilles Charrues 2005 @ Eric Pollet

Ma rétro 2015 avec des vrais morceaux de photo dedans, Part 2.

Quand arrive le temps de cathédrales la fin de l’année, la grande bouffe et les petits cadeaux, débarque concomitamment, et ça semble contradictoire le temps des vaches maigres. Car si les confiseurs entament une trêve dont les historiens situent la genèse vers 1875 (cf Wikipedia), il semblerait que l’actualité en profite pour mettre également la pédale douce. En PQR (presse quotidienne régionale pour les mal-comprenants) c’est le moment ou l’angoisse de la page blanche se fait le plus ressentir. C’est alors que la place du photographe prend une dimension peu commune au sein de la rédaction :

« Eric, tu crois que tu pourrais nous monter une belle page photos rétro pour dimanche ? C’est vrai qu’on est un peu creux cette semaine et je suis sûr que tu as des trésors oubliés, cachés au fond de ton disque dur… »

Et bien cette année, ce sont deux pages totalement subjectives que vous allez vous coltiner.

Voici la seconde partie, correspondant complètement par hasard au deuxième semestre 2015.

25 octobre. Au Havre, François Gabart et Pascal Bidégorry prennent le départ de la transat Jacques Vabre avec l’intention de tester le nouveau trimaran Macif. Douze jours plus tard le duo coupe la ligne d’arrivée en vainqueur après une course menée de main de maître. @ Eric Pollet
25 octobre. Au Havre, François Gabart et Pascal Bidégorry prennent le départ de la transat Jacques Vabre avec l’intention de tester le nouveau trimaran Macif. Douze jours plus tard le duo coupe la ligne d’arrivée en vainqueur après une course menée de main de maître. @ Eric Pollet
31 octobre. À sa seconde tentative, le boxeur niortais Davy Armand remporte le titre si convoité des poids moyens. Un rêve de gosse s’est enfin réalisé.
31 octobre. À sa seconde tentative, le boxeur niortais Davy Armand remporte le titre si convoité des poids moyens. Un rêve de gosse s’est enfin réalisé. @ Eric pollet
12 septembre. Malak et Rahaf, deux sœurs syriennes racontent aux lecteurs de la NR leur incroyable périple entre réfugiés déracinés et passeurs sans scrupule. @ Eric Pollet
12 septembre. Malak et Rahaf, deux sœurs syriennes racontent aux lecteurs de la NR leur incroyable périple entre réfugiés déracinés et passeurs sans scrupule. @ Eric Pollet
24 juillet. Le rêve de l’aborigène, ce festival si différent d’Airvault a été victime de son succès. Plus de 6.000 personnes ont dansé et communié au son du didgeridoo, guimbarde et autres harmonium alors que quelques dizaines de déçus se morfodaient à l’extérieur du site. @ Eric Pollet
24 juillet. Le rêve de l’aborigène, ce festival si différent d’Airvault a été victime de son succès. Plus de 6.000 personnes ont dansé et communié au son du didgeridoo, guimbarde et autres harmonium alors que quelques dizaines de déçus se morfodaient à l’extérieur du site. @ Eric Pollet
15 juillet. Au Vanneau, Marinette accueille tous les consommateurs, habitués ou de passage avec un large sourire. À 80 ans, elle y sert toujours avec autant de joie et de régularité cette étonnante Sève feu de joie, une liqueur oubliée à base de cognac et d’amande. @ Eric Pollet
15 juillet. Au Vanneau, Marinette accueille tous les consommateurs, habitués ou de passage avec un large sourire. À 80 ans, elle y sert toujours avec autant de joie et de régularité cette étonnante Sève feu de joie, une liqueur oubliée à base de cognac et d’amande.
@ Eric Pollet
4 octobre. Le temps d’un week-end, le temps d’un « Panique au dancing », Niort a vécu au rythme de la danse, sous toutes ses formes, de la plus classique à la plus burlesque. Une réussite ! @ Eric Pollet
4 octobre. Le temps d’un week-end, le temps d’un « Panique au dancing », Niort a vécu au rythme de la danse, sous toutes ses formes, de la plus classique à la plus burlesque. Une réussite ! @ Eric Pollet

Ma rétro 2015 avec des vrais morceaux de photo dedans, Part 1.

Quand arrive le temps des cathédrales la fin de l’année, la grande bouffe et les petits cadeaux, débarque concomitamment, et ça semble contradictoire le temps des vaches maigres. Car si les confiseurs entament une trêve dont les historiens situent la genèse vers 1875 (cf Wikipedia), il semblerait que l’actualité en profite pour mettre également la pédale douce. En PQR (presse quotidienne régionale pour les mal-comprenants) c’est le moment ou l’angoisse de la page blanche se fait le plus ressentir. C’est alors que la place du photographe prend une dimension peu commune au sein de la rédaction :

« Eric, tu crois que tu pourrais nous monter une belle page photos rétro pour dimanche ? C’est vrai qu’on est un peu creux cette semaine et je suis sûr que tu as des trésors oubliés, cachés au fond de ton disque dur… »

Et bien cette année, ce sont deux pages totalement subjectives que vous allez vous coltiner.

Voici la première partie, correspondant complètement par hasard au premier semestre 2015.

7 janvier - 13 novembre. 2.015 aura été définitivement marqué par les attentats de Charlie et du Bataclan dont les commémorations ont rapproché les Français dans la douleur et la colère. À Niort comme dans le monde entier, les hommages aux victimes ont connu une résonance incomparable. @ Eric Pollet
7 janvier – 13 novembre. 2015 aura été définitivement marqué par les attentats de Charlie et du Bataclan dont les commémorations ont rapproché les Français dans la douleur et la colère. À Niort comme dans le monde entier, les hommages aux victimes ont connu une résonance incomparable. @ Eric Pollet
9 juin. Aux portes du Bocage bressuirais, le Hellfest ouvre en grand les portes de l’enfer. Des dizaines de milliers de métalleux envahissent Clisson et se déchaînent à l’arrivée d’Alice Cooper, première tête d’affiche de l’édition 2015.
9 juin. Aux portes du Bocage bressuirais, le Hellfest ouvre en grand les portes de l’enfer. Des dizaines de milliers de métalleux envahissent Clisson et se déchaînent à l’arrivée d’Alice Cooper, première tête d’affiche de l’édition 2015. @ Eric Pollet
20 avril. Après des mois de travaux, des archéologues dévoilent 300 tombes médiévales découvertes sous les fondations d’une maison près de l’église Saint-Florent à Niort.
20 avril. Après des mois de travaux, des archéologues dévoilent 300 tombes médiévales découvertes sous les fondations d’une maison près de l’église Saint-Florent à Niort. @ Eric Pollet
16 février. À la demande du CNRS, à Chizé, les grands mammifères sont capturés par une armée de chasseurs. Auscultés puis remis en liberté, ce jeune chevreuil en sera quitte pour une belle frayeur.
16 février. À la demande du CNRS, à Chizé, les grands mammifères sont capturés par une armée de chasseurs. Auscultés puis remis en liberté, ce jeune chevreuil en sera quitte pour une belle frayeur. @ Eric Pollet
6 février. Découvertes quelques mois plus tôt, les automobiles de la désormais célèbre collection Baillon sont mises en vente aux enchères pendant le salon Rétromobile. La Ferrari 250 GT qui aurait appartenu à Alain Delon battra même un record du monde à 14.2 millions d’euros.
6 février. Découvertes quelques mois plus tôt, les automobiles de la désormais célèbre collection Baillon sont mises en vente aux enchères pendant le salon Rétromobile. La Ferrari 250 GT qui aurait appartenu à Alain Delon battra même un record du monde à 14.2 millions d’euros. @ Eric Pollet

Collection Baillon : très chères épaves !

Il y a quelques mois à peine, on découvrait dans les dépendances d’un petit château, à Echiré, dans les Deux-Sèvres, des dizaines d’automobiles anciennes, aux noms improbables, plus ou moins oubliées par la plupart des gens de la région. Mais les collectionneurs, les amateurs d’antiquités mécaniques du département se sont rapidement manifestés lorsque la maison de vente aux enchères Artcurial Motorcars a commencé à communiquer sur son étonnante découverte. La collection Baillon remontait à la une de tous les médias.

A l’occasion du dernier salon Rétromobile, 59 de ces véhicules ont été proposés aux enchères. Et les 59 ont trouvé preneur, dispersés au quatre coins du monde par des collectionneurs, des investisseurs ou des spéculateurs fortunés. Si un record mondial a été atteint avec la Ferrari 250 SWB California Spider – 1961 (16 288 200 € TTC !), toutes les autres vieilles dames mécaniques ont explosé les estimations initiales.

Pour les puristes, cette exposition éphémère de la collection Baillon représentait le Graal de l’automobile de collection, comparable en valeur et qualité à la collection Sclumpf. Pour les autres, ceux qui pensent qu’une auto n’est qu’un moyen de transport pratique qui les meut d’un point A à un point B avec le moins de tracas possible. Ceux-là donc, dont la seule évocation d’arbre à came ne fait penser qu’à un arbuste dont les fruits auraient la forme de joint de cannabis (et dont je fais partie), n’y ont vu que de multiples tas de ferrailles rouillés, sales et envahis de toiles d’araignées. Même si certaines de ces ruines, avouons-le, laissaient quand même entrevoir des courbes témoins de jolies carrosseries.

Les photos qui suivent sont donc une vision évidemment subjective d’éléments de la désormais célèbre collection Baillon. Mais réelle !

RETROMOBILE BAILLON 26RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 25RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 45RETRO-1 copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 14RETRO-1 copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 25RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 53RETRO-1 copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 30RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 41RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 21RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 35RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 31RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 43RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 24RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 42RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 38RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 29RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 34RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 56RETRO copie© Eric Pollet

RETROMOBILE BAILLON 58RETRO copie© Eric Pollet